ils sont heureux ils
perçoivent heureux
la vie chatouilleuse
la racine forte
des sens leurs poitrines
se gonflent ils se
savent tout puissants
méprisent en chœur
l’univers entier
tout doit céder à

leurs désirs à leurs
caprices courber
sous leurs souffles ils
ordonnent aux arbres
de s’envoler aux
fleurs de monter en
l’air aux prairies de
se retourner aux
fleuves de changer
leurs cours remonter

heureux ils existent