par les jours de vent du sud
du sud déchirant le ciel

le ciel s’emplit de nuages
de nuages ébouriffés

d’où sourd une poudre fine
et jaune elle se dépose

partout leur picote les
yeux fait mourir moustiques et

mouches la chaleur devient
suffocante tout le corps

leur démange crevant de
petites irruptions blanches

des éclairs de chaleur font
blêmir les eucalyptus

ils s’enferment muets dans
leurs incertitudes nous

regardent nous méprisent ils
laissent s’avancer la mort