sans cesse changent de façons de vivre passent
leur vie dans le silence l’insolite cherchent
les maisons ouvertes ne savent rester
enfermés agissent chacun à leur guise
yeux noyés de lumière appellent l’obscur
sortent surtout par les nuits les plus noires
ne cuisent pas leur nourriture sont en
paix avec leurs animaux philosophes
toujours prêts à gober de nostalgiques
sagesses quoi qu’ils fassent toutes leurs pâles
hésitations provisoires les débordent