23 juin 2013

comme platanes

  comme platanes leur peau se couvre d’écailles dures épaisses qui par moments s’arrachent ils ont alors besoin de nous de nos souvenirs pour affronter les variations du monde nos silences car ce n’est qu’au lever du jour dans la lumière humide de leurs larmes que nous apercevons ces réseaux denses de toiles fines où ils sont à jamais englués    
Posté par balpe à 09:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]