blancs vallonnements de bosquets mousseux
rivières très paisibles enluminures
si violemment dorées des bords de mer
lieux de repos c’est au fond de leurs yeux
que sont leurs paysages les plus doux

parfois ils s’y attardent longuement
dans de lentes et lentes contemplations
réciproques d’où cependant ils s’arrachent
sans un regret quand on l’exige et sans
que leur regard sur notre monde change