24 octobre 2013

Quand l'étale

  quand l’étale d’un ciel absolu broie la terreque la surface de l’eau grise est ballotéede rides lumminescentes que haut et basse confondant dénoncent toutes perspectivesils sortent de chez eux s’installent au bord des maresredoutent l’agitation brusque de la pluieimmobiles s’assoient silencieux demeurentregards noyés d’un vide infini s’épuisentà suivre la trace de leurs regards sur l’eau    
Posté par balpe à 17:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

19 octobre 2013

ce monde

  ce monde leur est peuplé d’objets incolores d’images apatrides qui se dérobent de zones fugitives d’ombres de débris de sons inconsistants et de couleurs fuyantes d’attentes indéfinies qu’ils chassent pourtant vers un espace gris d’absences intermittentes vides où le moindre distance est irréductible au vieillissement lent de leurs gestes ils y vivent dans la dépossession entière de leur corps    
Posté par balpe à 09:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
10 octobre 2013

c'est la nuit

  c’est la nuit un grand bruit de train bourdonne sous leur front ils ferment les yeux fatigués éblouis et c’est la nuit des gares défilent des lunes passent des plaines et des forêts tourbillonnent follement bruits de ferraille tout tourne en un vertige épouvanté et c’est la tout est dispersé le vent se désole emporté et s’agrippe dans les arbres chocs et rebondissements dans leurs têtes des portières claquent le train s’arrête et c’est la nuit où dans de longs friselis de robes passent leurs femmes    
Posté par balpe à 16:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,