ils restent parfois rêveurs
leurs yeux se cernent d’absences
pris comme dans une bulle
d’eau leur regard vacille
 
nous les frôlons les touchons
leur prodiguons des caresses
ils s’immergent en leur corps
 
rien n’y fait le vide est leur
nature ils se gardent en lui