certains prétendent qu’ils ont une âme comme nous
mais une âme d’une autre sorte c’est par les maux
du corps qu’elle s’exprime dans de violentes et pures
conflagrations physiques ils sont poussés retenus
aspirés tordus ils vont plus vite et moins vite si
vite parfois qu’ils en demeurent sur place ils ne
marchent pas sont marchés ne cessent de s’ouvrir et
se refermer partout les suit l’œil de leur cyclone