leur pays est planté de cuisses
nerveuses d’arbres charnels où
les feuilles sont comme des mains
dures mais habiles aux caresses
 
pourtant insensibles ils passent
au travers muets aveugles à
son étrangeté suivant sans
fin leur pauvre piste intérieure