s’ils dorment le soleil leur
verse de l’huile bouillante
dans le creux de l’oreille le
monde s’ouvre comme un œuf
dans leur crâne l’univers
éclate comme des bulles

ils ont beau se tourmenter
ils passent leurs sommeils à
soupirer pour se défendre
ne savent pas qui dirige
ils n’ont pas le pouvoir de
mettre la veille en balance