19 février 2014

nos preuves

nos preuves du réel ne sont rien pour eux leurs visages ne sont que signes où désespoir légèreté comme manteau de soie du soir miroitent bougent sans cesse tout leur est fluide   douceur évanescence mélancolie rien ne peut se poser sur leurs corps malléables jusque dans l’inquiétude de leurs amours passe quelque chose de la fadeur de l’ivoire    
Posté par balpe à 12:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

07 janvier 2014

quand la chaleur

 quand la chaleur a claquemuré leur corps que volent dans les rues beaucoup de poussières des enfants blonds filasse que le soleil dore doucement que des nuées de mouches s’abattent sur eux le soir des capricornes autour des lampes les chassant mollement de lents balancements désabusés ils s’ouvrent à la nuit parlent de leurs amours    
Posté par balpe à 11:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
11 novembre 2013

s'ils peuvent

  s’ils peuvent compter les feuilles des arbres ou savoir le nombre des grains de sable de la mer ils ne peuvent dénombrer   leurs maîtresses pourquoi en sommes-nous surpris perpétuellement l’amour niche en leur cœur et toujours s’y engrosse   que pouvons-nous faire ne méprisons pas leurs passions ils savent les règles et que la mort seule ignore le désir  
Posté par balpe à 07:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
27 février 2013

personne

  à Claudette personne ne les suit personne ne leur parle personne et pourtant ils savent qu’elle sont appendues à leurs bras que la rue soit déserte les réverbères posent leurs interrogations ils savent qu’elles sont proches les accompagnent qu’il n’y ait plus personne ni devant ni derrière leur importe peu ils savent qu’elles sont là amoureuses et douces    
Posté par balpe à 13:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
04 février 2013

la nuit

la nuit des visions charnelles les tenaillent des femmes de toutes tailles couleurs les entourent tous les âges elles s’installent devant eux rigides comme tuyaux d’orgues se tendent renversées lubriques telles des cordes d’instruments ils les maîtrisent toutes les attisent du regard des gestes ils battent la mesure à leurs débauches les arrêtent brusquement puis recommencent mille fois ils répètent travaillent leurs gestes poses ébats les précipitent dans de vertigineux délires de lourds cernes creusent leurs joues leur visage est... [Lire la suite]
Posté par balpe à 08:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,